Portrait Mohamed Djoua :   La peinture comme thérapie
Search
Vendredi 16 Avril 2021
Journal Electronique

Mohamed Djoua, natif de Hadjout, dans la wilaya de Tipasa, est un  artiste-peintre qui a  participé à plus de dix expositions et peint une centaine de toiles qui révèlent un parcours artistique entamé à un âge précoce. Sa relation fusionnelle avec le troisième art ne cesse, comme il le dit, de se renforcer «d’année en année, d’une peinture l’autre». Spécialisé dans la peinture abstraite ce diplômé de l’École des Beaux-arts d’Oran, en 1998, a vu sa passion artistique naître à Tipasa. «Depuis mon enfance, je suis captivé par la beauté de sa nature. A Tipasa, les paysages ressemblent à des fresques», dit-il. Lycéen, il a commencé, dès les années 1990 à peindre en pleine nature avant de participer à des expositions collectives dans des établissements scolaires et culturels de la wilaya. Une fois ses études secondaires achevées, il s’inscrit à l’Éécole des Beaux-arts de Mostaganem, avant de rejoindre celle d’Oran où il obtint son diplôme en 1988. Durant cette période, il a participé à des expositions collectives. C’est surtout que  par un pur hasard qu’il découvrit l’art abstrait. Alors qu’il exécutait un tableau en aquarelle d’un paysage, un récipient d’eau se déversa sur sa peinture. Il décida de reprendre son travail plus tard. «Le lendemain, ma peinture, une fois séchée prit de nouvelles formes. J’étais fasciné», se souvient-il. À partir de ce jour, il se dévoue à sa nouvelle quête de la peinture abstraite. «La peinture,  à l’instar d’autres arts, est un des ultimes espaces d’expression pour l’être humain, un refuge par excellence pour extérioriser ses sentiments, ses ressentiments. C’est un remède», lance-t-il. De recherche en recherche, au gré des expositions, il s’est tracé une nouvelle voie. «Partant de ma conviction que la peinture est un remède, j’ai entrepris des recherches», confie le jeune peintre. «Dans les anciennes civilisations, les tatouages et les symboles sur le visage et le corps étaient déjà considérés comme des pratiques de guérison», explique-t-il. Et d’ajouter : «J’ai lu les travaux de Margaret Naumberg, une psychothérapeute américaine qui montre que,dans bien des cas, la peinture permet une liberté de mouvement extraordinaire, et une expression représentée sous différentes formes et couleurs peut remplacer la parole en laissant libre cours à la créativité qui cristallise et rend palpable les sentiments du dessinateur».

Expositions virtuelles
En  2010, il a, pour la première fois, exposé à l’espace Kateb-Yacine d’Alger-Centre, sous le thème «la peinture comme moyen de soin». Il avait animé aussi une conférence sur «Le concept de la thérapie par la peinture, son origine et ses bienfaits sur le mental», a-t-il affirmé. Outre les expositions individuelles et collectives, Djoua a animé des années durant des ateliers au profit d’enfants à la maison de l’environnement de Tipasa. Une expérience formidable qui a cessé depuis. Selon lui, «les enfants étaient ravis et intéressés par la peinture et  leurs parents se sont montrés satisfaits». A partir de 2017, Djoua a cessé d’exposer. «Les galeries d’art se comptent sur le bout des doigts. Cela rend la  programmation difficile et les moyens manquent pour préparer une exposition. Pour encadrer son tableau de peinture, il faut débourser au minimum 3.000 DA», se désole-t-il. L’artiste ne baisse pas les bras et continue de réaliser des œuvres qu’il expose virtuellement : «Je fais découvrir mes peintures via les réseaux sociaux»Pour lui, l’’important est de ne pas dévier de sa voie artistique.                                                           

Amirouche Lebbal

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

L'agenda

MDN
Le ministère de la Défense nationale organisera, le 30 mars à 8h, au niveau de la direction régionale des activités commerciales aux Pins maritimes, une rencontre médiatique autour de l’acquisition d’informations géospatiales, des techniques et de technologies modernes.
Palais de la culture

Dans le cadre des rencontres bimensuelles «les Palais de la culture», le  Palais de la culture organisera, le 30 mars à 13h, la 3e rencontre intitulée «La culture et la communication».
Association des femmes en économie verte
L’Association des femmes en économie verte en partenariat avec Middle East Partner Ship Initiative, organisera, le 29 mars prochain à 8h30, à l’hôtel El
Aurassi, Alger, une cérémonie de remise des trophées aux lauréats issus des universités.

Fondation Friedrich Ebert
La fondation Friedrich Ebert organisera, en collaboration avec l’Union européenne, le 31 mars prochain à 17h30, une conférence-débat du Pr Abderrahmane
Mebtoul autour de «l’impact de la dépréciation du dinar algérien et la chute des réserves de change sur les indicateurs macro-économiques et sur la dynamique économique générale de l’Algérie».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept