L'éditorial
Search
Vendredi 16 Avril 2021
Journal Electronique

La dernière ligne droite

Le train est lancé. A rythme croissant, si l’on observe la montée en cadence du processus électoral, le rendez-vous du 12 juin prochain aborde la dernière
ligne droite. Au terme de la révision exceptionnelle des listes électorales, plus de 24 millions d’électeurs, dont près d’un million inscrits dans les
ambassades et les consulats, se rendront aux urnes pour élire librement leurs représentants dans le nouveau Parlement dédié à une élite jeune, compétente et réellement représentative de la volonté populaire. Dans une conférence de presse, tenue au siège de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), son président Mohamed Charfi est revenu sur les conditions de préparation de cette consultation décisive. Il a indiqué que, outre l’assainissement
du corps électoral, la nomination de 17 nouveaux coordinateurs, des juges et des chefs de commission, appelés à veiller sur la régularité de l’opération électorale, contribue au renforcement de la mission de contrôle et de surveillance pour assurer la crédibilité et la transparence du scrutin. En matière de signature, de légalisation et d’adoption des formulaires, des dispositions draconiennes ont été prises pour veiller au bon déroulement de cette phase
sensible. Tout est donc fin prêt pour amorcer sereinement le virage du changement. Des perspectives prometteuses se dégagent donc. Il est constaté un engouement indéniable de la classe politique pour l’épreuve de la légitimité et du renouvellement des institutions frappées de discrédit. En une
semaine, le nombre de retrait des formulaires a explosé. Il est passé de 1.000 cas (700 pour les partis politiques et 300 pour les indépendants) à plus de 3.000 enregistrés le 27 mars. Et, fait inédit, les candidats indépendants (1.863 formulaires retirés) ont déclassé les nombreux partis politiques (1.420).
Cette tendance encourageante plaide incontestablement pour une participation et une implication rassurante au scrutin de la stabilité et de la relance économique favorisée par le recul à pas de géant de la pandémie en voie de résorption.
L’optimisme du président de l’Anie, prête au rendez-vous du 12 juin prochain, se conjugue à la formidable capacité de l’Algérie de relever tous défis pour sortir plus forte et plus unie.
 Horizons

Le front uni de toutes les urgences

Le hirak n’est plus ce qu’il était au commencement d’une dynamique citoyenne, véritablement pacifique et fondamentalement patriotique. La dérive est de plus en plus nette dans ce mouvement de contestation d’un régime autocratique et corrompu, désormais aux mains des aventuriers, des adeptes de la fitna et de la discorde nationale terrassés, dans un passé récent, par le front républicain. L’arrestation, place du 1er Mai, d’un ressortissant marocain, en séjour irrégulier, et d’une personne enhijabée prouve, si besoin est, les tentatives d’infiltration du hirak conçu, pour les partisans de la transition négociée, comme un moyen de pression en alliance contre-nature avec les tenants de l’islamisme radical. Il ne s’agit pas d’une vue de l’esprit, mais d’une réalité intangible inscrite dans la guerre de 4e génération dont ils sont, par excellence, l’instrument de la déstabilisation programmée. Le processus de détournement, attentatoire aux valeurs de non-ingérence étrangère du hirak originel, révèle la nature des menaces clairement traduites par le deal de la honte conclu par le Makhzen et l’entité sioniste ligués, dans une conspiration à grande échelle, contre le bastion de la résistance aux plans coloniaux et au néo-apartheid. «Ce sont les ennemis de l’Algérie qui ne sont autres que la Maroc et Israël qui recourent à tous les moyens possibles dans le but de l’affaiblir, d’abord, de l’intérieur et, ensuite, ternir son image à l’international», a estimé l’ancien diplomate Noureddine Djoudi, alertant sur les tentatives visant à porter atteinte au front interne, lors la rencontre organisée par l’Association des diplomates algériens en retraite, à l’occasion de la célébration du 59e anniversaire des accords d’Evian. La nouvelle Algérie de la démocratie en marche et de la solidarité indéfectible aux peuples en lutte pour leur indépendance appelle instamment au renforcement de l’union sacrée qui a fait sa force, tout au long des épreuves historiques vécues dans le combat contre le colonialisme et le terrorisme. Au seuil du rendez-vous décisif du 12 juin prochain, la formidable mobilisation de la majorité politique reflète une prise de conscience des véritables enjeux de la guerre menée contre l’Algérie qui, outre le déploiement des nouveaux médias, des fake news et de la campagne de désinformation, tentent de provoquer des dissensions internes et d’accentuer les divergences politiques et idéologiques. Le défi de la stabilité est lancé.
Horizons

La voie du dialogue

Un consensus politique se dégage. Dans la perspective des législatives du 12 juin, un dialogue sans exclusive a été engagé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec la classe politique, prête à une compétition équitable, transparente et régulière. A ce jour, près d’une vingtaine de dirigeants de partis politiques et le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens ont été reçus au siège de la Présidence pour une évaluation générale de la situation politique, économique et sociale du pays confronté aux exigences de la construction démocratique et aux défis du nouveau monde impitoyable pour les plus faibles. A la faveur des acquis inestimables du combat collectif contre la pandémie, la voie incontournable des urnes contribue au renforcement des bases de la stabilité que, précisément, les partisans du chaos s’évertuent à combattre. La ligne de démarcation est claire. Elle oppose une minorité aux idéologies antagoniques et une majorité pleinement convaincue de la solution démocratique, fondée sur le libre choix des citoyens constitutionnellement consacré et protégé. En rupture avec les pratiques de la corruption et de l’allégeance d’une classe politique obsolète, la bataille de la légitimité populaire entend bannir à jamais les fléaux de la fraude massive, du système des quotas et de la mainmise de l’argent désormais exclue à toutes les étapes du processus électorale. Une compétition «qualitative» s’annonce, estime le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi, procédant à l’installation de la commission indépendante  de contrôle des financements de la campagne électorale. Les signes prometteurs sont perceptibles dans une implication importante des partis politiques et des citoyens. Près de 2.500 formulaires de candidature des partis politiques et des candidats indépendants ont été recensés. Il est également utile de relever le recours aux inscriptions en ligne par les citoyens. Ce qui, selon le président de l’Anie, ouvre prochainement la voie  au «vote électronique», au regard des ressources humaines existantes, aptes à maîtriser l’utilisation des nouvelles technologies. Le processus électoral évolue dans les meilleures conditions pour sceller, comme lors de l’épreuve de la présidentielle, la victoire de la nouvelle Algérie libre et souveraine.
 Horizons                                                                           

Equité et transparence

La révision exceptionnelle des listes électorales a pris fin. Cette étape importante constitue un pas important qui nous rapproche davantage du rendez-vous décisif du 12 juin. L’opération d’assainissement du fichier électoral représente un autre gage de transparence et de crédibilité dans une compétition qui s’annonce prometteuse. Jusque-là, le retrait de près de 700 formulaires de candidature, dont près de 300 par les candidats libres, sont des indicateurs d’une participation forte à hauteur des enjeux d’une véritable démocratie, fondée sur le libre choix des citoyens et d’une représentativité réelle dans des institutions légitimes. «Le nouveau mode de scrutin a mis en place toutes les garanties au profit des électeurs pour dessiner les contours de la carte politique», a affirmé le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Mohamed Charfi, prêtant, jeudi dernier, serment avec les membres du Conseil  de la nation. Dans des élections qui feront date, toutes les garanties de régularité et d’équité ont été accordées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, déterminé à œuvrer à la consolidation de la légitimité institutionnelle et constitutionnelle.  La constitutionnalisation de l’Anie et le renforcement de ses prérogatives, inhérentes aux missions de surveillance et de contrôle des sources de financement, confortent le processus électoral. A la faveur d’une expérience acquise lors de la présidentielle incontestée, l’Anie est le garant de la transparence, de l’impartialité et de l’égalité des chances, tributaire de la volonté de bannir toute influence sur le déroulement du scrutin et la participation massive de la jeunesse et la société civile, encouragées et soutenues par l’Etat, pour faire entendre leurs voix et s’imposer sur la scène politique. Dans cette perspective, en Conseil des ministres, le Président de la République a ordonné de mettre tous les moyens matériels financiers à la disposition de l’Anie pour l’accomplissement de ses missions constitutionnelles dans les meilleures conditions. Les signes de renouveau, attestés par la prise de conscience démocratique et l’engagement de l’Etat de favoriser une compétition intègre et ouverte, interpellent une élite compétente, parmi les jeunes universitaires et les membres de la société civile, en levier du changement incontournable. La mise en place impérieuse de l’Observatoire national de la société civile et la maturation du Haut-Conseil de la jeunesse participent d’une démarche qui vise à permettre la formation et l’accès aux responsabilités publiques des nouveaux acteurs érigés en piliers de la nouvelle Algérie.
 Horizons                                                                           

Cap sur le changement démocratique

A qui profite le phénomène récurrent de la spéculation ? La question lancinante met en évidence les pratiques illégales des héritiers du système pourri, affairés à une déstabilisation en règle du marché pour marquer une résistance au changement. A l’approche du mois sacré de Ramadhan, la valse des prix des produits de première nécessité est donc enregistrée pour mettre à mal le pouvoir d’achat des citoyens laminés par la hausse des prix. C’est pourquoi, en Conseil des ministres, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné, à titre exceptionnel, l’importation de la viande congelée pour une bonne préparation du Ramadhan, l’intensification des visites d’inspection menées par les services mixtes de la Sûreté nationale et du commerce, à l’effet de combattre les tentatives de fraude et de stockage illégal. Cette décision salvatrice donne un cachet particulier au mois de la piété et de la rahma célébré, cette année, dans le nouveau pôle de Djamaâ El Djazaïr aux portes des salles de prière ouvertes et doté d’une instance provisoire de gestion, en attendant l’élaboration d’une conception définitive en matière d’organisation et de fonctionnement. En cette période délicate, il a été aussi procédé à l’interdiction et à la fermeture des comptes commerciaux des services de la Poste, à l’origine des perturbations vécues par les citoyens. Au service des citoyens, l’Algérie du changement prône le sens de l’équité et de la justice reconnue, notamment à ceux qui ont consenti des sacrifices énormes pour défendre la nation. Ce sont tous les corps et les catégories de l’Armée nationale populaire (ANP) dont les préoccupations ont été prises en charge. Au Conseil des ministres, le Président de la République a appelé à un amendement du code de pension militaire pour un traitement équitable des requêtes en lien avec les différentes formes d’invalidité, d’inaptitude ou radiation. Cet engagement résolu participe à la consolidation du front interne, où la nouvelle Algérie a tant besoin de la conjugaison de tous les efforts et d’une vigilance patriotique de tous les instants. A la veille du renouvellement des institutions d’un changement démocratique, le rôle catalyseur de la jeunesse et de la société civile s’inscrit dans une dynamique de remodelage du paysage politique et de rajeunissement de l’élite politique. Tous les moyens matériels et financiers sont consentis par l’Etat pour favoriser une participation accrue des jeunes, assurés de la gratuité des salles et des affiches publicitaires. Les prémisses d’une implication jugée prometteuse par l’Autorité nationale indépendante des élections sont perceptibles dans le retrait de plus de 600 dossiers de candidature dont près de 300 pour les candidats libres. L’installation dans les plus brefs délais de l’Observatoire national de la société civile et le renforcement du Haut-Conseil de la jeunesse, érigé en Parlement des jeunes, remettent les pendules à l’heure du changement
démocratique.
  Horizons

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

L'agenda

MDN
Le ministère de la Défense nationale organisera, le 30 mars à 8h, au niveau de la direction régionale des activités commerciales aux Pins maritimes, une rencontre médiatique autour de l’acquisition d’informations géospatiales, des techniques et de technologies modernes.
Palais de la culture

Dans le cadre des rencontres bimensuelles «les Palais de la culture», le  Palais de la culture organisera, le 30 mars à 13h, la 3e rencontre intitulée «La culture et la communication».
Association des femmes en économie verte
L’Association des femmes en économie verte en partenariat avec Middle East Partner Ship Initiative, organisera, le 29 mars prochain à 8h30, à l’hôtel El
Aurassi, Alger, une cérémonie de remise des trophées aux lauréats issus des universités.

Fondation Friedrich Ebert
La fondation Friedrich Ebert organisera, en collaboration avec l’Union européenne, le 31 mars prochain à 17h30, une conférence-débat du Pr Abderrahmane
Mebtoul autour de «l’impact de la dépréciation du dinar algérien et la chute des réserves de change sur les indicateurs macro-économiques et sur la dynamique économique générale de l’Algérie».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept